Depuis quelques semaines, on est dans la foulee des livres qui contiennent nombre d’emotions nostalgiques.

Depuis quelques semaines, on est dans la foulee des livres qui contiennent nombre d’emotions nostalgiques.

Livres interiorises, d’ou peut-etre cet epanchement de sentiments trop longuement retenus, par le procede de l’ecriture.

Il suffit de s’en aller par des lieux ignorant nos habitudes pour que la vulnerabilite d’une memoire altere nos certitudes. Cela arrive au narrateur du roman de Maxime Mongeon qui, las de son existence monotone, profite tout d’un elan de tendresse sensuelle envers sa femme, Celine, Afin de lui annoncer que celui-ci va faire un week-end qui l’eloignera d’elle ainsi que leurs gamin. Ce qu’elle approuve pleinement, ayant saisi le desarroi de son compagnon, qui cherche nouvelle chose en lui. Ou ailleurs. Ailleurs qui ne sera jamais nomme mais depeint lorsqu’il prendra pension au sein d’ un cafe-hotel, loin des rues, proche d’la mer. Nous sommes prevenus en violence du climat politico-social. C’est l’armee qui dirige sauvagement l’ile, nos meurtres neutralisant le quotidien de ceux qui resistent. Regne l’omerta, votre que comprendra le narrateur quand il essaiera de amener l’assassinat de nous, commis a son arrivee.

Les mer